1. Questo sito utilizza i cookies. Continuando a navigare tra queste pagine acconsenti implicitamente all'uso dei cookies. Scopri di più.

INTERVIEW: le périple d'Odile et Gérard, un binôme pas comme les autres...

Published by Expert Désert in the blog Expert Désert. Views: 1728

Découvrez l'aventure singulière d'Odile et Gérard lors de leur course à travers le désert d'Oman, avec "partage" comme maître-mot. Vous serez surpris! Et vous quel est votre défi pour 2016?

Qui êtes-vous ? Pouvez-vous nous en dire plus sur votre binôme et qu’est ce qui vous a poussé à prendre part à l’aventure de l’ODM ?
ODILE: Odile, 58 ans, non-voyante et amie avec Gérard depuis plusieurs années. Nous sommes des amoureux du désert et malgré les km qui nous séparent en France, nous nous donnons la chance de vivre des aventures telle que l'ODM. C'est une complicité, un partage, qui nous réunit à chaque fois avec le même enthousiasme.

GERARD: Je pratique la course à pied depuis plus de 30 ans, je guide depuis plus de 30 ans... La course à pied est un état d'esprit, une certaine philosophie.
Je considère que le guidage, c'est le partage d'une passion: la course à pied c'est également un partage humain.
Je connais Odile depuis 10 ans , nous avons participé à de nombreuses courses et entre autres, quelques beaux Marathon.
En 2007 nous , nous avons participé à notre première course dans le désert avec MDS , c'est un très beau souvenir, de partage, d'amitié, de complicités, d'émotions.


DSC03344.JPG
Comment la communication se fait entre vous ? comment votre activité de course est organisée ?

Nous Nous entraînons chacun de notre côté,et nous téléphonons souvent pour nous motiver et nous mettre en confiance. Sur le terrain les mots de guidage sont simples , même quelques fois absents, l'important c'est la description du paysage, de l'organisation , des concurrents, un réel partage! Gérard a un regard très observateur, toujours positif, un régal.

Je fais de mon mieux pour guider Odile, lui indiquer les obstacles, les montés, les descentes, on tourne à droite... à gauche... lève les pieds... dans la mesure du possible anticiper les informations.
Le contact entre nous se fait avec un lien ou bien par contact des bras et très souvent en se tenant le bras ou la main.
De plus le fait que nous connaissons bien fait que souvent , nous fonctionnons au feeling et nous n'avons pas forcement besoin de parler.
Alors tout au long de la course j'essaye de raconter ce que je vois de faire partager à Odile, cela me permet même de voir des choses auxquelles je ne ferais pas attention , si je courais seul. Et puis c'est l'occasion pour nous de discuter de tout et de rien.


DSC03607.JPG

Comment avez-vous géré les aspects logistiques ? (alimentation, transport du matériel, temps de repos…)

Nous avons fait déjà plusieurs fois ce genre de course, une habitude à chaque fois améliorée. Nos plats sont lyophilisés, nos fruits secs, notre sac à dos, sac de couchage bien adaptés et confortables .Pour le repos, obligatoirement il ne reste que ça à faire après l'épreuve du jour et comme la nuit tombe vite on dort très tôt.

Pour ce qui concerne la logistique , comme chacun des coureurs nous avons nos repas lyophilisés, notre sac à dos qui est bien lourd au départ et s'allège de jour en jour, même si les épaules le ressentent de la même manière au fil des jours
Le repos; bien sur la course est fatigante, toutefois nous faisons de bonnes nuit de récupération, c'est le rythme maison de retraite, le soir, tout le monde dort à 19h30/20h00 jusqu'au réveil matinal à 5h00.


Quelques mots sur la vie au camp ?

C'est un réconfort à l'arrivée, on se fait son nid chaque soir.Au départ on a peur de me parler, une aveugle dans cette aventure c'est surprenant. Au fil des jours les dialogues installent plus facilement, je suis fière que Gérard me donne cette chance; être différente mais à part entière , et d'arriver avec le sourire
Comment ont évolué les relations avec les autres concurrents ai fil de l’aventure?

On sympathise avec le groupe, on partage nos expériences, on se rassure pour le lendemain, je trouve de l'aide pour les besoins quotidiens: aller aux toilettes, faire la lessive, chauffer de l'eau pour le repas...

Cette vie au camp est plutôt sympa, de plus dans la mesure ou nous ne sommes pas très nombreux, nous avons l'occasion de côtoyer presque tout le monde que ce soit coureurs, organisateurs et encadrement ,'l'équipe médicale, les photographes, les journalistes, c'était très agréable.
Le mot sympathique du premier de la course , c'est un vrai champion...
La vie sous la tente , avec nos rigolades, nos échanges de bons procédés, de ravitaillement , globalement un esprit solidaire.
Dans ce genre d'épreuve les échanges sont toujours très forts le temps de la course.



Comment avez-vous fait face aux moments difficiles ?

Bien évidement il y a des moments difficiles mais à deux ça passe mieux, le soutien est partagé, on est fort pour l'autre, on gère, on se motive mutuellement. Il faut supporter la chaleur, le sac à dos.

Il nous faut gérer la chaleur, les coup de gaz et là le fait d'être deux est plutôt un plus, car ces coups de blues n'arrivent pas en même temps pour l'un et pour l'autre, ce qui fait que le soutien est permanent.

DSC03610.JPG

Votre meilleur souvenir ?

Sur l'ODM de cette année, mon meilleur souvenir est qu'après des heures et des jours ou la ligne d'horizon était marquée par le sable à perte de vue, le dernier jour j'ai dit à Odile " Je vois une petite ligne bleue au bout..." et cette ligne bleue a grandi jusqu'à la mer.

Si tout le parcours était magnifique c'est cette image qui a été la plus belle pour moi

Comme Gérard, le meilleur souvenir c'est l'arrivée au bord de l'Océan Indien. Après tant d'effort se retrouver au bord de l'eau, ce contraste désert-océan est fabuleux!

DSC04556.JPG

Quel conseil donneriez-vous à qui veut prendre part à l’ODM 2016 ?

Il ne faut pas hésiter à prendre part à une telle aventure: dépaysement assuré! Il faut bien se préparer physiquement mais aussi mentalement, accepter un peu de souffrance mais c'est tellement beau. Prenez soin de vos pieds, le sable ne fait pas de cadeau. Un périple qu'il faut vivre simplement!

Au delà de tous les aspect logistiques, faire de son mieux et surtout " vivre l'instant ..."

DSC04674 - Copie.JPG
  • Franc L. (REU 97438)
  • Cyrille L. (FRA 022)
  • Joel A. (FRA 038)
  • CYRIL G. (FRA 013) #3
  • Jean-michel P. (FRA 015)
  • Cyril V. (FRA 073)
  • Julien D. (FRA 073)
  • Erwan M. (FRA 092)
  • Karine M. (FRA 073)
  • Cyril N. (FRA 007)
  • William L. (BEL 4630)
  • Florence R. (FRA 071)
  • Daniel B. (FRA 073)
  • Anthony L. (FRA 008)
  • Jean-marie R. (FRA 057)
  • Clément G. (FRA 044)
You need to be logged in to comment