1. Questo sito utilizza i cookies. Continuando a navigare tra queste pagine acconsenti implicitamente all'uso dei cookies. Scopri di più.

28-31 Octobre 2019 : Aller/retour express à Nîmes

Published by Dominique G. (FRA 074) in the blog Dominique G. (FRA 074). Views: 115

Rapide CR sur un entrainement longue distance à vélo. Je ne voulais pas le faire, mais j'ai peur d'oublier. Mes CR m'aident à raviver mes souvenirs ...

Un parcours simplifié.
J'ai quelques parcours en réserve que je rêve d'effectuer dès que j'ai un peu de temps. J'en ai un notamment qui doit me permettre de (re)-découvrir la vallée du Rhône, à faire quand la météo ne permet pas trop d'aller en montagne ou plus au nord.

Entre la météo et mon emploi du temps, j'ai une fenêtre trop courte pour faire le parcours complet, avec exploration de l'Ardèche, de la Camargue, et de la Drôme provençale. Je fais donc une version courte qui m'emmène au plus vite à Nîmes, chez mon frère, et me permet de faire l'aller/retour en 3 jours : un pour descendre, un sur place, et un pour revenir.

Trajets.jpg
Aller en bleu, Retour en rouge
Aller : De la pluie vers le soleil
Le lundi 28 Octobre, je pars en fin d'après-midi et je trouve très vite la pluie, alors que la nuit tombe très tôt suite au changement d'horaire récent. Mais il ne fait pas froid, et bien équipé et bien éclairé, je traverse assez rapidement la Haute-Savoie et la Chautagne, pour me retrouver vers 20H00 à Yenne, après 75 km. Je dois me restaurer en prévision de la longue nuit de roulage qui m'attend. Je trouve un resto Kebab ou je fais une grosse pause, qui me permet de sécher et de faire bombance : Köfte, frites, bière turque, café ... de quoi tenir une longue nuit sous la pluie !

Bien requinqué, je peux ensuite traverser l'Isère sans m'arrêter jusqu'à Penol, entre la Côte Saint-André et Beaurepaire (145 km). J'y mange un sandwich que j'avais emmené pour la nuit, et je fais un petit somme dans une abribus grand luxe, avec un méga banc long, large et bien plat. Je me dit qu'il faudrait une norme pour rendre obligatoire que tous les abribus soient aussi agréables pour les cyclistes en raid nocturne...

Je traverse le Rhône à Andance, après avoir pris une déviation sur la Nationale 7, et malgré tout tombé sur un pont fermé à la circulation. Heureusement, on peut passer à pied ! Je fais un deuxième arrêt nocturne au km 190, à Sarras, sur une petite place ou je grignote mon deuxième sandwich, et fais un petit somme de 10 mn sur un muret.

muret.jpg

Le jour arrive alors que je descend sur cette D86 qui va m'emmener jusqu'à Nîmes. Peu après 7H00, je trouve une boulangerie/cafétéria à Soyons (km 230), ou je peux faire une grosse pause. Je dois y couper mon petit antivol que je mets toujours pour éviter de me faire piquer mon biclou : j'ai changé le code par inadvertance en le mettant, et je ne pouvais plus l'enlever !

La pluie s'est arrêtée, il fait jour et de plus en plus beau. Bientôt le soleil arrive, et avec lui la chaleur, et je me retrouve dans cette splendide Ardèche du sud que je traverse habillé léger et tout guilleret, jusqu'à Pont Saint-Esprit ou je m'arrête pour une bonne pause déjeuner dans un restaurant, après 310 km en un peu plus de 20 heures. Je suis largement dans les temps pour arriver avant 18H00.

Je fais donc une nouvelle mini-sieste et je pars pour la traversée du Gard. C'est plus vallonné, et je commence à être un peu entamé. Je fais une pause touristique au Pont du Gard, avec encore quelques minutes de repos, et je roule encore jusqu'à la nuit, pour rejoindre mon frère vers 18:00, comme prévu.

PontDuGard.jpg

Nîmes : une journée de vacance au soleil
Mauvaise surprise en déballant mes sacoches : j'ai perdu mon porte-monnaie, avec pas mal de liquide, mais aussi ma carte bleue et ma carte vitale. Je dois faire opposition, et mon frère me prêtera ce qu'il faut pour rentrer.

Après une bonne douche, nous allons faire une petite virée nocturne : bar à vin, puis resto, et enfin dodo pour une bonne nuit de repos : demain il faut repartir.
Ma nuit blanche à pédaler ne m'a pas trop mis dans le rouge, et je passe mon mercredi à préparer mon retour, à me racheter un cadenas, et à faire une grosse sieste.

Je repars un peu avant 16H00, en me disant que le retour sera plus dur : le parcours en Drôme provençale, sur la rive gauche du Rhône, est plus valloné, et surtout le vent sera de face. Pour corser l'affaire, la météo me promet la pluie pour la fin du parcours. Et puis il y a la fatigue de l'aller !

Retour : du soleil vers la pluie.
Le départ sous le soleil est agréable, et je suis rapidement à Roquemaure (km 45), pour un premier arrêt boulangerie alors que la nuit est tombée. J'y achète un sandwich pour la nuit, puis je roule jusqu'à Orange (km 60), ou je fais mon gros repas du soir dans une pizzeria. J'en repars après 20H00, en mode "nuit" : vêtements chauds, Ipod dans les oreilles, et mental en mode "ultra" prêt à rouler jusqu'au jour...

J'avance bien malgré quelques belles côtes, et je traverse ainsi le Vaucluse, puis la Drome sans m'arrêter (Suze-la-Rousse, Grignan, la Bégude-de-Mazenc, Crest, Chabeuil...). Je fais ma première pause vers 2H30 du mat, entre Chabeuil et Hostun (km 170), dans un abribus encore plus classe qu'à l'aller : il y a carrément un petit garage attenant ou je peux m'allonger pour dormir sur le béton presque une heure, après avoir mangé mon sandwich.

ArretGarage.jpg

Bien requinqué, je peux rouler jusqu'à Grenoble d'une traite, pressé d'arriver car je suis sur la D1532 (ancienne nationale), et avec l'arrivée du jour, la circulation devient dense et c'est carrément dangereux. Je suis content de rejoindre les berges de l'Isère à Voreppe. Dans Grenoble, je retrouve une boulangerie ou j'étais déjà passé lors d'un précédent périple (km 250). J'y fait un petit déjeuner gargantuesque avant de repartir vers 8H30, sous la pluie battante. Elle ne me quittera plus jusqu'à l'arrivée.

Pressé de rentrer au sec, je ne fais que 2 arrêts entre Grenoble et la maison : un chez l'ami Daniel à la Rochette, pour leur faire un coucou tout mouillé et boire un café, puis à Albertville pour manger une barre avant de foncer à la maison. J'y arrive avant 15h30, j'ai mis moins de 24H00. Plus rapide qu'à l'aller, malgré la difficulté et la fatigue accumulée. Content, mais cuit ! plus de 750 bornes en 2 étapes...

Ça fait un peu caricature, mais j'ai pu réellement mesurer la différence de climat entre les Alpes du Nord et le midi.

Ardeche.jpg

Files Allegati:

  • Arenes.jpg
    Arenes.jpg
    Dimensione del file:
    50,6 KB
    Visite:
    12
  • Frederic B. (FRA 069)
  • Benjamin D. (FRA 038) #3
  • Michel B. (FRA 084) #4
  • Dominique G. (FRA 074)
  • Franck A. (FRA 070)
You need to be logged in to comment